CONFERENCE ''L’INTÉGRATION DE NOTRE-DAME-LA-RONDE, UN MOMENT CRUCIAL DE LA RECONSTRUCTION DE LA CATHÉDRALE''

CONFERENCE "L’INTÉGRATION DE NOTRE-DAME-LA-RONDE, UN MOMENT CRUCIAL DE LA RECONSTRUCTION DE LA CATHÉDRALE"

12déc.
  • CONFERENCE "L’INTÉGRATION DE NOTRE-DAME-LA-RONDE, UN MOMENT CRUCIAL DE LA RECONSTRUCTION DE LA CATHÉDRALE"
Le jeudi 12 décembre à 18h
En 1359, les travaux de la nef de Saint-Étienne sont considérés comme terminés et la fabrique est dissoute. En 1380, s'ouvre une décennie de construction et d'aménagements visant à achever l'intégration de Notre-Dame-la-ronde à la nef de la cathédrale. Le mur qui séparait les deux édifices est abattu, le sol des 3 premières travées ouest est abaissé au niveau de celui de Saint- Étienne, les fenêtres hautes et les voutes sont  achevées sous la conduite de Pierre Perrat. En 1398, la verrière d'Hermann de Munster à la grande baie ouest est en place. L'organisation de l'espace intérieur des travées ouest de la cathédrale ne connaitra aucune modification majeure jusqu'à nos jours.

La patiente reconstitution du déroulement des travaux menée par Alain Villes (exposée longuement dans l'ouvrage «  Metz, la grâce d'une cathédrale »), certains détails architecturaux encore nettement visibles dans l'édifice actuel, une meilleure connaissance de l'évolution topographique des environs immédiats de la cathédrale, permettent d'envisager une reconstitution à grands traits de Notre-Dame-la-ronde à la fin du XIVe siècle. Il est ainsi possible de se rendre compte que cet état était fort différent de celui que nous connaissons aujourd'hui.

Les trois premières travées de la cathédrale correspondent à l'ancienne collégiale Notre Dame la Ronde, perpendiculaire à l'axe de la nef de Saint- Étienne.  (Photographie de Gabriel Normand)
 
Informations pratiques :

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Entrée par le grenier de Chèvremont

 
Retour